Quand allaitement rime avec douleur….

Crédit image: naitreetgrandir.com

Les premières tétées se déroulent bien. C’est une expérience complète qu’est l’allaitement! Puis vous anticipez une nuit plus longue sans éveil du bébé… et avec joie cela se produit enfin après quelques semaines!   Une nuit de quelques heures sans allaiter. Puis du coup, tout se gâte… la douleur se met de la partie, le sein devient dur, rouge et une pression énorme se fait sentir.

Et s’il s’agissait d’une congestion, d’un engorgement, d’une mastite inflammatoire, d’une mastite infectieuse ou d’un abcès ?

Définitions

Présenter une congestion mammaire (communément appelée une montée de lait) est un processus normal qui fait suite aux premières journées d’allaitement. Vers le 3ième jour après l’accouchement, la production de lait s’installe. Elle passe rapidement de 50 ml à      2 jours après l’accouchement à 600 ml à 5 jours. Cette rapide production est causée par la chute de la progestérone et l’entrée en action de la prolactine qui règlera la production laiteuse pour les mois à venir.

Malheureusement, cette augmentation rapide provoque un inconfort qui s’amoindrira en quelques jours avec la normalisation de la production et la réduction de la congestion vasculaire. La tétée fréquente et efficace aidera à soulager l’inconfort.

Par contre, si une douleur s’installe, il est possible de parler davantage d’engorgement. Cet engorgement est pathologique et mènera à des douleurs bien plus importantes. Elles seront liées à une tension douloureuse dans le sein, de la rougeur, de la fièvre à 38°C et des zones très dures dans le sein. Il y a alors un déséquilibre entre la production de lait et la consommation par le bébé, qui amène une stase du lait dans les alvéoles (canal bloqué). Une augmentation trop grande de la pression dans le sein va bloquer la circulation sanguine et lymphatique et amener une atteinte de l’expulsion du lait (la sortie rapide du lait lors de la tétée). L’expulsion du lait, étant possible grâce à une hormone que l’on nomme l’hormone de l’amour (oxytocine), se trouve diminuée par la réduction de la production de l’hormone par la maman qui souffre. Malheureusement, tout cela s’installe au moment où les femmes vivent leur première nuit plus reposante… le bébé dort plus longtemps et les tétées s’espacent légèrement. C’est le lot du premier mois. Sachez qu’un sevrage, qu’une variation dans la fréquence des tétées ou que l’arrêt de l’allaitement peut précipiter un nouvel événement. La seule solution miracle repose sur le fait de parvenir à libérer le sein du lait qui l’engorge par la tétée, le tire-lait ou par l’expression manuelle de celui-ci, mais aussi  par le traitement aux ultrasons en physiothérapie.

Si l’inflammation dans le sein évolue de façon importante, elle mènera à une mastite inflammatoireLa mastite inflammatoire réside dans l’inflammation du tissu lymphatique secondaire à l’engorgement. Aucune infection n’y est liée, mais la présence de frissons, d’une température de 39-40 °C et de symptômes grippaux seront fréquemment présents. Bien que la tétée puisse occasionner des douleurs au moment du réflexe d’éjection du lait, elle s’avère une fois de plus être la solution, car elle libérera le canal obstrué et amènera un soulagement. Généralement, si les tétées sont poursuivies, la problématique rentrera dans l’ordre dans les 24-48 heures suivant l’apparition des symptômes. Afin d’accélérer la guérison, d’aider le lait à s’écouler et d’enrayer la mastite, la poursuite de la tétée demeure importante ainsi que le recours aux ultrasons en physiothérapie.

Si la fièvre persiste après 24 à 48h, cela peut vouloir dire que c’est devenu une mastite infectieuse. Il y a alors présence de germes dans le tissu glandulaire ou interstitiel. Le traitement par antibiothérapie est donc de mise pour irradier la situation, mais la poursuite de l’allaitement ne sera pas entravée. Cette situation peut survenir comme une évolution de la mastite inflammatoire ou survenir spontanément par l’arrivée d’une bactérie qui se fraie un chemin à travers une crevasse, une lésion ou une irritation du mamelon. Cette condition nécessite une consultation médicale, car la fièvre persiste depuis plus de 48 heures et pourrait évoluer vers un abcès. L’abcès est une accumulation de pus dans une zone circonscrite du sein qui était la cible d’une mastite infectieuse qui a mal été traitée. Dans ces deux cas où il y a infection, la physiothérapie est contre-indiquée et la consultation d’un médecin est de mise.

Traitement aux ultrasons

Chez Cigonia, nous traitons les engorgements et les mastites inflammatoires avec un appareil de thérapie à ultrasons. Les ultrasons sont des ondes à haute fréquence qui permettent de réduire l’inflammation. L’appareil est en mesure de fragmenter le caillot de lait qui s’est formé et de libérer la congestion des tissus lymphatiques, vasculaires et glandulaires. L’effet est généralement ressenti dans les heures suivant le traitement. Si le lendemain, il y a encore rougeur et sensibilité sur le sein, nous procéderons à un deuxième traitement. Le traitement est complété de plusieurs conseils qui vont dans le sens des conseils laissés par vos spécialistes en allaitement.

Conseils pratiques lors d’un engorgement ou d’une mastite inflammatoire 

1-Reposez-vous au lit pendant les 48 heures suivant l’apparition de la mastite inflammatoire.
2-Faites téter fréquemment votre bébé.
3-Placez le menton du bébé du côté de la zone inflammatoire pour un drainage maximal.
4-Durant le boire, exercez une pression manuelle douce sur la zone douloureuse avec la paume de votre main.
5-Sachez qu’il est possible de prendre un anti-inflammatoire pendant l’allaitement, car le passage du médicament dans le lait est infime (à vérifier avec votre médecin ou votre pharmacien).
6-Ne tardez pas à consulter votre physiothérapeute en périnatalité.

 

Rechercher