Imaginez une douleur dont personne n’arrive à trouver la cause…

Crédit photo: www.daler.ch

Il s’agit d’une douleur bien réelle. Vous le savez. Vous vivez avec cette douleur depuis un moment mais ni médecins ni professionnels n’arrivent à l’identifier…

Pourtant elle est bien là.

En recherchant une cause locale à toute douleur, nous passons quelques fois à côté du problème.
La douleur peut atteindre une structure (os, muscle, organe) et laisser un symptôme local qui facilitera la recherche de la cause. Mais quelques fois, cette douleur est bien loin de la zone problématique. Lorsque l’atteinte est dite fonctionnelle, la structure parait normale à plusieurs examens mais son mouvement ou/et son fonctionnement sont en lésés et contribuent aux symptômes.

Notre corps est divisé en plusieurs territoires desservis par des nerfs sensitifs. Ceux-ci nous permettent de sentir lorsque quelque chose nous touche, de différencier le chaud du froid et de percevoir la douleur. Lorsqu’une douleur est localisée dans un territoire correspondant à un nerf spécifique, il est question de névralgie.

Crédit photo: www.physiotherapiepourtous.com

Le patient qui souffre de névralgie décrit habituellement sa douleur comme étant plutôt constante dans la journée, quoiqu’elle puisse varier d’intensité. Elle est perçue comme une brûlure (sensation d’être marqué au fer rouge), non soulagée par la prise d’acétaminophène ou d’ibuprofène. Les changements de position, la glace, la chaleur et le repos n’influencent peu la douleur.

En clinique nous observons fréquemment l’atteinte des nerfs ilio-inguinaux et génito-fémoraux qui sont rapportés par des douleurs aux organes génitaux. Ces nerfs partent de la colonne lombaire haute (L1, L2 et L3), traversent le corps du dos vers le ventre et rejoignent la région de l’aine, du pubis et des organes génitaux. Les hommes qui souffre de névralgie génito-fémorale rapporte souvent une douleur à l’aine et aux testicules (douleur profonde), tandis que chez la femme, il s’agit plutôt du clitoris et des grandes lèvres. Lorsque le nerf ilio-inguinal est atteint, le territoire douloureux est davantage l’abdomen bas, l’aine et le pubis.

Les principaux mécanismes de blessure de ces nerfs sont une atteinte des racines nerveuses à leur sortie de la colonne vertébrale lombaire, une chirurgie abdominale basse (ex. résection kyste ovarien, appendicectomie, réparation hernie), une antéversion du bassin, une hernie inguinale ou plus rarement, un anévrysme de l’artère inguinale.

L’examen clinique révèle une zone douloureuse au pincé-roulé de la peau (soulèvement et roulement de la peau) située dans le territoire du nerf atteint ou traversé par celui-ci. Si la douleur est d’origine vertébrale, la palpation des vertèbres, des muscles paravertébraux et des ligaments inter-épineux s’avérera ou non douloureuse.

Le physiothérapeute en rééducation périnéal est formé pour évaluer et traiter les dysfonctions menant à ces atteintes. Le traitement consiste en une désensibilisation des tissus cutanés, la correction des déficits vertébraux et musculaires. Si la douleur survient à la suite d’une intervention chirurgicale, l’assouplissement et la désensibilisation de la cicatrice s’avèrent pertinents.

Imaginez vivre avec une douleur introuvable et finalement trouver des réponses. Imaginez être compris, être supporté, être soulagé.

 

Rechercher